que se passe-t-il en ile-de-france - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 15:43
Du 7 au 12 octobre, au centre culturel La Clef, 21 rue de la Clef, 75005 Paris, métro Censier


Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 13:38
Chaque année, du 16 au 22 septembre, toute l’Europe se mobilise pour promouvoir des solutions de transport alternatives. Le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire coordonne cette 7ème édition avec l’ADEME, le GIE Objectif transport public GART/UTP et en partenariat avec la FUBicy, Transports Passion et le Club des villes cyclables.


Objectifs de cette opération

  • réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux transports, en France et en Europe
  • influer de manière positive sur les comportements de déplacements, la santé et la qualité de vie des Européens


Publics concernés : Collectivités locales, entreprises exploitant un réseau de transport, entreprises, associations, services publics, établissements scolaires sont encouragés à :

  • tester ou adopter de nouvelles mesures en faveur des modes de transports durables
  • organiser des manifestations de sensibilisation sur le thème de la mobilité durable
  • valoriser des bonnes pratiques en matière de déplacements

Plus d'infos en cliquant ici

A cette occasion,  La Ruche organisera une action ou des actions sur la ville de Vanves. N'hésitez pas à nous soumettre vos idées !

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 20:07
Novembre-décembre 2008 : le quatrième numéro de la lettre d'info du Réseau des AMAP* vient de paraître.
Au sommaire :

Au fil du réseau

- «Amapilités» ou comment aider son paysan en cas de coup dur
- Expo itinérante
- Pourquoi la Courgette et la Tomate sont-elles solidaires ?
- Nouvelle InterAMAP entre la Picardie et l'Île-de-France
- La page des enfants
Rue Beaubourg
- Compte rendu de la réunion du Bureau du 11 septembre
- Projet de Système de Garantie Participative (SGP)
Grand Angle
- Le naturel à toutes les sauces
- Le roman-photo des Festifolies
Un oeil sur la terre
- Récit du projet de ferme couveuse
Cultivons notre jardin
- Livre : ‘‘Voyage autour des blés paysans''
- Films : ‘‘Nos enfants nous accuseront'', ‘‘La vie moderne''
Portrait
- Emmanuel Crucifix, maraîcher
Agenda

Pour y accéder, cliquez ici

* AMAP : Association pour le maintien d'une agriculture paysanne

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 19:59
Par le bureau de l'AMAP «le panier vanvéen» 

Le SDRIF manifeste une réelle volonté d'affronter les défis environnementaux et sociaux ....
 
La région Ile de France rêve de devenir à terme « la première éco-région d'Europe » (le Parisien du 17/10/07) et son schéma directeur traduit cette volonté en bien des points. Prenant conscience que, par sa consommation, le francilien moyen produit 2,19 T de dioxyde de carbone, la région a exprimé clairement sa volonté de participer à l'effort national de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Elle souhaite donc diminuer fortement les coûts énergétiques des transports, tant dans les déplacements que dans l'approvisionnement des urbains. La volonté, clairement affichée, de gérer dans leur globalité les cycles qui régissent les ressources naturelles est une autre manifestation de vouloir économiser ces dernières.
En prévoyant une politique du logement ambitieuse, pour rattraper un très grave retard, fondée sur un habitat dense et compact, pour réduire les transports, la région souhaite également préserver une richesse « exceptionnelle et non renouvelable »: ses terres agricoles et ses forêts qui représentent respectivement 49 et 24 % du territoire.
 
...., mais il ne va pas assez loin pour améliorer les termes de « la chaîne alimentaire ».
 
Les intentions, affichées dans ce schéma, mériteraient d'être poursuivies sur 2 points, très peu visibles, même en filigrane: la nature des productions agricoles à promouvoir et le recyclage des matières fertilisantes.
 
1.Paris était entouré, jadis, d'une couronne maraîchère l'approvisionnant en fruits et légumes. La croissance urbaine a fait reculer cette couronne vers la périphérie, jusqu'au jour où elle a disparu. Si bien que les espaces bâtis jouxtent maintenant la grande culture où dominent blé, maïs et colza et occupe 94% de l'espace agricole. On ne compte plus que 350 maraîchers dont la moitié vont partir à la retraite d'ici 5 ans [1]; le nombre des exploitations arboricoles est plus faible encore: 60 à la fin 2005, alors qu'il en avait 187 encore en 1997. L'élevage a disparu.
On assiste ainsi à une aberration écologique que le SDRIF devrait corriger: les fruits et légumes, produits pondéreux qui contiennent environ 80% d'eau viennent de loin pour alimenter les franciliens. On transporte de l'eau avec du pétrole! Il faut donc résolument reconvertir une petite partie de la céréaliculture en maraîchage et en arboriculture, mettre tout en œuvre pour assurer le maintien ou la reprise des exploitations maraîchères et arboricoles encore en activité, et favoriser même des installations nouvelles à proximité de Paris si l'on veut se préparer à un renchérissement inéluctable du prix du pétrole, afin de « sécuriser et rationaliser l'approvisionnement alimentaire de l'Ile de France ». Il s’agit à l’avenir d’assurer à tous, à un prix raisonnable pour les consommateurs et les producteurs, un accès sûr à des produits sains dont les bienfaits pour la santé publique sont l’objet de nombreuses campagnes de sensibilisation
  
2. Au XIXème siècle et dans la première moitié du XXème, l'agriculture trouvait auprès des villes des matières fertilisantes; il existait un véritable recyclage entre ville et campagne. L'emploi d'engrais chimiques, consommateurs d'énergie fossile et de produits issus de mines, en autonomisant la campagne par rapport à la ville, a rompu ce cycle. La ville ne restitue plus des produits, mais des déchets! Et lorsque le compostage est encouragé, c'est pour diminuer la quantité de déchets et non pour boucler un cycle. Le SDRIF qui souhaite « favoriser le bouclage des cycles de ressources au plus près » devrait étudier toutes les possibilités de mieux restituer les matières fertilisantes aux territoires agricoles et les promouvoir.
 
Quelques pistes globales et locales.
 
A l'échelle de la région, le maintien voire la création d’exploitations maraîchères et arboricoles et la reconversion (très partielle) de la céréaliculture vers du maraîchage et de l'arboriculture implique une volonté politique d'action foncière et de formation de jeunes à de nouveaux métiers. Ces pistes devraient être inscrites très clairement dans la révision du SDRIF.
 
La logique du cadran, consistant à organiser les dialogues entre acteurs sociaux à l'intérieur de faisceaux, du centre à arc de cercle de la périphérie, est tout à fait adaptée à l'organisation de circuits courts d'alimentation des citadins en produits pondéreux et de transfert de matières compostées vers l'agriculture. Ne serait-il pas possible, au sein de ces faisceaux, d'encourager des jumelages de communes ou de communautés de communes pour réaliser ces échanges ? De favoriser des sociétés civiles foncières qui, se portant acquéreur de terres agricoles, aideraient à la conversion en exploitations maraîchères? De créer des circuits de compost du centre vers la périphérie?
Le réseau des AMAP Ile de France qui regroupe des personnes sensibles à ces questions pourrait constituer une force de proposition et d'action.

[1] Parmi elles 25 seulement sont en agriculture biologique alors qu’existe en Ile-de-France une forte demande pour els produits issus de cette agriculture.. et une longue liste d’attente pour les créations d’AMAP

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 20:54

Jean-Paul Huchon (Président de la Région) et Mireille Ferri (Vice-Présidente en charge de l'Aménagement du territoire, de l'Égalité territoriale et des Contrats régionaux et ruraux) s’étonnent de l’orientation donnée par le Président de la République aux travaux des 10 équipes d’architectes et d’urbanistes. S’agit-il de réaliser dix projets d’aménagement de la Région capitale ?

Ils soulignent que le travail prospectif de « prise en compte des besoins de la population à long terme, dans une stratégie de développement durable » a été réalisé depuis 3 ans avec l’ensemble des collectivités locales, des forces vives économiques et sociales de la région, et la participation de l’Etat.

Ce document s’appelle le SDRIF. Il fixe le cadre de la métropole de demain, écologique et durable, solidaire et attractive.

Jean-Paul Huchon et Mireille Ferri rappellent que cette responsabilité est de l’entière compétence de la Région par la loi de décentralisation de 2004 voté par le gouvernement auquel appartenait Monsieur Sarkozy.

D’ailleurs le SDRIF fait actuellement l’objet de travail intense entre les services de l’Etat et ceux de la Région pour parvenir à un consensus.

Alors, à 8 jours du rendu des conclusions de l’enquête publique sur ce schéma, le Président de la République tente-il de passer en force sans respecter l’avis des citoyens consultés, des élus concertés, des acteurs de l’agglomération impliqués ? Ou s’agit-il d’un nouveau coup de communication destiné à déstabiliser le travail des élus ?

Saluant les 10 équipes retenues, et tous ceux qui ont concouru, ils regrettent toutefois  que les services de l’Etat n’aient pas eu l’audace de soutenir également des recherches entièrement dédiées à l’urbanisme de l’après Kyoto.

Pour Mireille Ferri , qui a lancé, avec de grandes  écoles franciliennes d’architecture et d’urbanisme, un atelier de création urbaine, « la mise en oeuvre du SDRIF appelle des innovations architecturales et urbanistiques que cette consultation internationale doit pouvoir enrichir. »

Jean-Paul Huchon et Mireille Ferri  affirment qu’ils suivront avec attention le déroulement des travaux.

Jean-Paul Huchon, en tant que président de Métropolis association regroupant les plus grandes agglomérations mondiales, espère que l’innovation et la créativité l’emporteront. Et que les contributions conforteront le projet concerté de la Région.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article

Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens