que se passe-t-il en ile-de-france - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 16:44
Des quartiers mêlant logements, espaces de loisirs et zones d’activités, tout en prenant en compte les enjeux de développement durable : tel est le profil des huit éco-quartiers franciliens pour lesquels l’Etat et la région viennent de s’engager. Ces nouveaux quartiers seront disséminés aux quatre coins de la région, et les premiers travaux commenceront dès 2010.
Parmi les huit projets, trois se situent en Seine-et-Marne, deux dans les Yvelines, deux en Seine-Saint-Denis et un dans le Val d’Oise. Aucun dans les Hauts-de Seine. Dommage pour Vanves qui aurait pu bénéficier de financements pour l'ilot Cabourg et porter un projet novateur.
Ces huit projets entrent dans le cadre du contrat de projets 2007-2013 partagé par l’Etat et la région, qui veut ainsi impulser une nouvelle attractivité économique «en proposant des emplois et un cadre de vie attrayant susceptible de favoriser l’implantation de nouvelles activités».

Pour voir un diaporama des huit projets, cliquez ici

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:38

Du 16 mars au 15 mai 2009, les Franciliens peuvent donner leur avis sur le Plan régional pour la qualité de l’air (PRQA).

Les PRQA ont été instaurés par la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (Laure) de 1996. lls consistent notamment à fixer les orientations et les recommandations pour prévenir ou réduire la pollution atmosphérique et atteindre les objectifs de la qualité de l’air prévus par la réglementation.

La loi prévoit que le PRQA soit révisé au bout de cinq ans si ses objectifs ne sont pas atteints. Ce qui est le cas pour l’Île-de-France avec, notamment, des seuils réglementaires dépassés pour les particules et le dioxyde d’azote à proximité du trafic. C’est également vrai pour l’ozone quand les conditions climatiques sont défavorables.

Pour élaborer ce document, les services du conseil régional se sont appuyés sur une commission consultative constituée d’experts, des services de l’État, du conseil économique et social régional, des collectivités, d’associations représentant le public et les activités émettrices et cinq groupes de travail (émissions polluantes, mesures et indicateurs, prospectives, expositions à la pollution atmosphérique et effets, communication et information).

Plus de 150 personnes ont participé pendant deux ans à l’élaboration du projet de PRQA francilien.

Il est maintenant soumis à la consultation du public, avant son adoption. Nous vous invitons à formuler toutes vos remarques ou interrogations.


Deux façons de donner son avis :

Par internet : www.iledefrance.fr/qualite-air

Au secrétariat de la direction de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Développement durable à Nanterre, 61, rue Salvador Allende (3e étage, bureau 377), du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h :  un dossier complet et des registres sont librement consultables par les habitants du département pour notifier toutes leurs remarques concernant ce PRQA.

Quels sont les enjeux de la qualité de l’air ?
Les effets sur la santé

A l’heure actuelle, de nombreuses études épidémiologiques mettent en évidence les liens entre pollution de l’air extérieur et les effets sanitaires à court terme qui se manifestent quelques jours ou quelques heures après l’exposition : irritations, toux, bronchites, augmentation de l’incidence des crises d’asthme, pathologies cardio-vasculaires.
Les effets à long terme de la pollution atmosphérique sont, à ce jour, beaucoup moins documentés car leur connaissance nécessite des études lourdes, incluant un grand nombre de sujets suivis pendant de nombreuses années. Toutefois, les études disponibles mettent en évidence des augmentations du risque de développer un cancer du poumon ou une maladie cardio-pulmonaire à la suite d’une exposition à long terme à la pollution atmosphérique. Les effets à long terme seraient plus importants que ceux associés à une exposition à court terme.
La surveillance des effets sanitaires en Île-de-France : le programme ERPURS.
Au niveau de la région Île-de-France, dans les années 1990, a été mis en place, par l’Observatoire Régional de la santé d’Île-de-France (ORS), le programme ERPURS dont un des objectifs est de quantifier les liens entre exposition aux polluants atmosphériques et l’état de santé de la population.
Les principaux résultats du programme ERPURS montrent un lien à court terme entre les niveaux moyens de pollution couramment observés en agglomération parisienne et les problèmes de santé qui se traduisent en termes d’accroissement de mortalité, ainsi que du nombre d’hospitalisations et de visites médicales à domicile.
Un risque sanitaire quelle que soit l’exposition
Les relations exposition-risque obtenues dans le cadre du programme ERPURS permettent de confirmer qu’il
n’existe pas de seuil au-dessous duquel la pollution atmosphérique n’a pas d’effet sur la santé. En d’autres termes, toute réduction des niveaux de pollution est bénéfique pour la santé.
Un impact sanitaire non négligeable en Ile de France
Nombre de décès et d’hospitalisations attribuables à l’exposition à court et long terme à la pollution atmosphérique urbaine pourraient être évités à Paris et proche couronne avec la diminution des niveaux de polluants au quotidien, et pas seulement en situation de pics de pollution. Ainsi, dans le cadre d’une évaluation de l’impact sanitaire effectuée par l’ORS Île-de-France, il a été mis en évidence que le fait de ramener la moyenne annuelle des niveaux de particules PM2,5 à 10 μg/m3 dans l’air telle que recommandée par l’OMS amènerait, à long terme, un gain d’un millier de décès par an à Paris et proche couronne. Les PM2,5, éléments de diamètre inférieur à 2,5 microns, sont les particules qui pénètrent le plus avant dans les alvéoles pulmonaires.
Des évènements sanitaires de moindre gravité entraînant ou non une prise en charge médicale peuvent survenir suite à une exposition à la pollution atmosphérique. Les décès témoignent d’effets graves de la pollution atmosphérique sur la santé qui ne touchent qu’une très faible partie de la population exposée.

Allergies et pollens

La forme la plus courante de pollinose est le «rhume des foins» lié à la présence massive de pollens de graminées. Par ailleurs, un effet synergique entre pollens et polluants de l’air est suspecté. Ainsi, associés aux pollens, l’ozone et le dioxyde d’azote, peuvent accentuer la réponse bronchique, ainsi que les manifestations de rhinite ou de conjonctivite des personnes allergiques. Dans ce contexte, il parait important d’agir pour réduire les plantations de nouveaux arbres les plus allergènes.

Les effets sur le patrimoine et le bâti

Bien que les effets néfastes de la pollution atmosphérique sur les bâtiments et les monuments de nos villes se soient estompés à la fi n du 20ième siècle à la suite de grandes campagnes de nettoyage, elle n’a pas pour autant cessé d’agir, bien qu’elle ait sensiblement changé de nature et d’intensité. D’une pollution gazeuse essentiellement soufrée véhiculant des cendres volantes pluri-microniques, la pollution est désormais essentiellement azotée véhiculant des particules plus fi nes. Ces changements sont principalement dus à l’abandon du charbon et à la diminution des teneurs en soufre des dérivés pétroliers.

Les effets sur l’environnement

Une mauvaise qualité de l’air a aussi des effets sur la biodiversité, les écosystèmes naturels, les végétaux. La diminution de la pollution soufrée a fortement limité le problème des pluies acides. Parmi les préoccupations actuelles, on peut citer les effets de l’ozone et des pesticides sur les végétaux et les risques de contaminations de la chaine alimentaire par l’accumulation de polluants persistants.

Les autres enjeux

Les effets des pollutions ont aussi de nombreux impacts économiques négatifs pour une région notamment en terme d’attractivité (implantation d’entreprises, tourisme, …).
Les impacts sont également sociaux ; les mêmes personnes cumulant souvent un nombre important de détriments environnementaux (pollution de l’air, bruit, insalubrité, …).

Plus d'infos : http://www.ile-de-france.drire.gouv.fr/environnement/prqa/prqa.htm


Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 20:35

Du 13 au 15 mars à l’île Saint-Denis (93), le festival Effet de C.E.R. proposera du cinéma, des documentaires, des débats, des rencontres, de l’information, de l’éducation, des connexions, des exemples de résistances aux injustices sociales et environnementales. Afin d’entraîner les spectateurs à devenir acteurs de leur propre histoire et de leurs propres combats. Pour son édition 2009, Effet de C.E.R. ce sera donc 12 films et documentaires ainsi que 8 débats autour de 2 thématiques principales :


La mal bouffe :
Les problèmes de l’alimentation sont au coeur d’une série d’enjeux culturels, sociétaux, économiques et bien sûr de santé publique. La connaissance et la maîtrise citoyenne de la chaîne des acteurs de l’agroalimentaire est une question environnementale de premier plan. Si on retient, comme critères, pour le choix des denrées alimentaires, le fait qu’elles soient issues d’une agriculture respectueuse de l’environnement, privilégiant les produits de saison, économes en emballage, en distance de transports et traitant la question de l’utilisation de leurs déchets, on place la question du repas au coeur d’une problématique fondamentale. L’enjeu pour la santé publique est non moins considérable. En effet les rapports se succèdent et se ressemblent : les Français ont de sérieux problèmes de poids (3,5% des enfants sont obèses, 14,5% en surpoids, 17% d’obèses chez les adultes…). Plus grave, notre alimentation contient des teneurs en pesticides de plus en plus importantes, potentiellement dangereuses pour la santé, en particulier celle des enfants des classes populaires condamnés à la mal bouffe chronique pour raison économique.

Les résistances populaires à la crise de l’environnement :

La montée en puissance de la crise écologique touche de plein fouet les zones les plus pauvres. Lorsqu’en 2001, l’usine AZF explose, les quartiers populaires de Toulouse sont les plus fortement touchés. Lorsque l’air est pollué par les incinérateurs, ce sont les habitants à proximité de ces usines, situées le plus souvent dans les banlieues pauvres, dont les poumons sont atteints. Les enfants de Seine-Saint-Denis sont plus atteints de bronchiolite que ceux des quartiers protégés de l’Ouest parisien. Le saturnisme touche les habitants des logements anciens et dégradés. L’amiante tue à petit feu les ouvriers et les employés qui l’ont fabriquée et manipulée. Les premières victimes des dégradations climatiques sont les résidents des habitats précaires dans les zones inondables…

 

Pass festival 3 jours : 2€
Gratuit pour les moins de 15 ans
Programmation complète et définitive sur www.ecocene.fr

Téléchargez le dossier de presse et le programme

Téléchargez l’affiche du festival

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 21:15
Février-Mars 2009 : le cinquième numéro de la lettre d'info du Réseau des AMAP* vient de paraître.
Au sommaire :

Au fil du réseau
- Le panier solidaire des Patates douze
- Des parrains et des pommes
Rue Beaubourg
- Des nouvelles des dernières réunions du bureau
- Les relations avec la presse
- Les rencontres de paysans
- La coordination Inter-régionale des AMAP
- Le choix du logo
- Le projet de SGP - Première soirée d’information
Grand Angle
- La marmite d’Eugène
- Voyage en Lituanie
- Appel à souscription : terres de liens
Un oeil sur la terre
- Un légume : Le navet
- Episode de froid de janvier
Cultivons notre jardin
- Livre : Après nous le déluge ?
- Mémoire de sociologie sur l’émergence des AMAP
Portrait
- Portrait de Sylvain Laigniez
Agenda

Pour y accéder, cliquez ici

* AMAP : Association pour le maintien d'une agriculture paysanne

Les articles de la Ruche sur les AMAP, l'approvisionnement local et l'agrigulture durable
Quelle politique agricole commune face à la crise alimentaire mondiale ?
Soutenir l'agriculture durable par l'achat collectif de terres
Quatrièmes rencontres parlementaires de l'agriculture durable
Première fête des AMAP d'Ile-de-France
Quatrième lettre d'info du Réseau des AMAP d'Ile-de-France
Après un test concluant à Aix-en-Provence, les étudiants ont leur Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne)
Le régime "locavore", délices et délires

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 21:06

Le Conseil général des Yvelines s’est porté candidat pour le Grand  Prix de France et l’implantation d’un circuit de Formule 1 sur les  communes des Mureaux et de Flins-sur-Seine, une décision prise sans  aucune concertation et totalement contraire au Grenelle de  l’Environnement, une aberration tant du point de vue économique, que social et environnemental.

En effet, le choix du site est particulièrement grave de conséquences. Le projet de circuit se situe sur la deuxième nappe phréatique d’Ile de France qui alimente près de la moitié des Yvelines et des Hauts de Seine en eau potable. Le terrain est en partie en zone inondable d’après le Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) et donc non constructible. Il prévoit la destruction de terres agricoles initialement destinées à un grand projet d’agriculture biologique maraîchère et céréalière pour la région Ile de France. Dans ces conditions il va devenir difficile d’atteindre en 2012 les 6% de production bio prévus par le Grenelle de l’Environnement (l’Ile de France n’en compte actuellement que 0,78%). De surcroît, il faut s’attendre à une pollution atmosphérique et à des nuisances sonores à des kilomètres aux alentours pendant les 250 jours de manifestations diverses prévues et à une circulation difficile du fait de l’afflux de voitures sur le site.

Ce circuit de Formule 1 constitue une injure au bon sens, le département des Yvelines voulant mettre plus de cent millions d’euros dans ce circuit de F1, dans un projet dont la viabilité économique est même mise en doute par le Président de la Fédération Internationale de l’Automobile et au moment où le Grand prix d’Australie est en déficit de 27 millions de dollars sans parler des problèmes au Canada, en Allemagne, etc.

Qui va donc payer les déficits dans le futur ? Dans cette période de crise économique que nous traversons, il faut impérativement investir dans des secteurs d’avenir (voitures plus économes qui n’ont pas besoin de F1, énergies renouvelables, etc.) pour garantir des emplois véritablement durables. Il faut investir dans des projets locaux pérennes et non dans des gouffres financiers, ici comme ailleurs. Devant la gravité de la situation, une cinquantaine d’organismes (associations environnementales et de riverains, des municipalités et
 des organisations politiques) ainsi que des élus : conseillers municipaux, maires-adjoints, conseillers régionaux et de nombreux citoyens ont décidé d’unir leurs forces au sein du collectif FLINS SANS F1 .

la Ruche vous invite à participer à la prochaine manifestation contre le circuit, manifestation cycliste et festive qui aura lieu le 7 février à Paris, à 14 heures place du Chatelêt.
Plus d'infos en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:18
Le festival Un État du monde... et du cinéma, qui a lieu au Forum des images du 23 janvier au 1er février, est un lieu de débats et de rencontres autour de l'actualité telle que le regard des cinéastes nous propose de la voir et de la questionner. Cette première édition est placée sous le double parrainage d'Hubert Védrine, ancien porte-parole de l'Élysée et ancien ministre des Affaires étrangères, et du cinéaste malien Abderrahmane Sissako.
Plusd'infos sur le programme et les horaires

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 20:57
Le  Mardi 20 Janvier 2009 - 11H00 26 rue des Tournelles - 75004 Paris

Thèmes abordés
• L'Apiculture en France, état des lieux : chiffres clés 2008
• Pesticides et homologations :de nouveaux pesticides neurotoxiques à l'encontre du Développement durable
 • Homologation Européenne : une absence de rigueur et de pertinence
• Suite du rapport Saddier
 • Le frelon Vespa Velutina : une avancée spectaculaire,
• 10 nouveaux partenaires Abeilles, sentinelle de l'environnement en 2008

Plus d'infos sur le site de l'UNAF

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 12:03
L' association  La vie nouvelle organise les 7 et 8 février à l'INJEP à Marly le Roy un colloque sur l'Europe face à l'urgence économique, écologique et sociale.

Le samedi est consacré à une dizaine d'ateliers sur 5 thèmes :
- l'urgence écologique avec comme intervenant : Pascal Canfin (Alter éco et vert) et Raymond Van Ermen (directeur exécutif de European Partners for the Environment), animé par Claire Papy (membre de la Ruche);
- l'urgence alimentaire et la PAC avec Jean-Claude Devèze ( Agence française de développement) et François Papy (membre de la Ruche);
- l'urgence sociale avec Eric de Chateauvieux (CFDT, fédération générale des transports), Anne-Marie Dumont (experte auprès de la commission européenne);
- l'urgence migratoire/lesmigrations avec un intervenant de la Cimade et François Heran (directeur de l'Ined);
- l'urgence économique / crise financière avec Jacques Cossart (Attac) et Guillaume Duval (Alternatives économiques).

Le samedi soir, des débats sur le thème "Face aux urgences, les citoyens (et citoyennes, bien sûr !) relèvent les défis".

Le dimanche matin une table ronde pour répondre aux questions soulevées la veille dans les ateliers avec Alain Lipietz (député vert européen), Aurélie Trouvé (co-présidente d'Attac), Michel Griffon (directeur général adjoint de l'Agence national de la recherche), Christophe Deltombe (président d'Emmaüs France), Guillaume Duval (Alter éco).

Une conférence de clôture sera prononcée par Renaud Dehousse, Directeur du Centre d’études européennes de Sciences Po.

Vous trouverez les conditions d'inscription sur le site de la vie nouvelle. La date limite est le 5 janvier.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 22:09

Pour illustrer le défi qui se pose aujourd’hui au secteur du bâtiment en matière de rénovation durable du parc des logements existants et en réponse aux préoccupations des Français en matière d’économies d’énergies, l’AFPA met en place une opération de réhabilitation grandeur nature d’une maison (située à Choisy-le-Roi / Val-de-Marne) .Cette réhabilitation complète d’un pavillon de deux niveaux, de près de 85 m2 et doté d’un jardinet, se situe Allée des Marguerites à Choisy-le-Roi (94). Elle sera réalisée de juillet à l’automne 2008 par 45 stagiaires de l’AFPA, formés aux techniques d’écoconstruction : plancher chauffant, chaudière à condensation, régulation du chauffage, solaire thermique, systèmes de récupération et d’économie d’eau, régulation de l’énergie électrique, éclairage naturel, ventilation, etc ….Provenant de centres de formation AFPA pour la plupart situés en Ile-de-France et en particulier du centre de Lardy (91), les stagiaires mis en situation de travail réel seront encadrés par leurs formateurs. Tous les corps de métier nécessaires à ce chantier seront représentés : du maçon au carreleur, du peintre en bâtiment au plaquiste, du menuisier à l’électricien en passant par le chauffagiste et le couvreur. Une fois le chantier terminé, cette maison sera proposée en logement social au sein du parc HLM de l’Opac du Val de Marne qui en est propriétaire : une façon de plus pour l’AFPA de contribuer à sa mission de service public visant l’insertion. Cette «maison témoin » actuellement non habitée est une véritable «épave thermique » (classification proche de G : autour de 451 kwh/m2 par an). L’ambition de l’AFPA et de ses partenaires est de la faire passer en classification B (avec une consommation de 86 KWh/m2 par an) grâce à des choix de travaux et d’équipements adaptés. Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) permet d’établir le niveau actuel de consommation énergétique qui va de « A » logement économe jusqu’à « G » logement énergivore. Cette « étiquette énergivore » est analogue à celle que l’on retrouve désormais sur les équipements électroménagers. Il s’agit de faire de ce logement aux multiples contraintes (mauvaise isolation, présence d’amiante, profil très énergivore et orientation nord) une véritable maison modèle en terme d ‘économies d’énergie et de bien-être de ses futurs occupants :

- En faisant des choix techniques et économiques cohérents pour un logement social comme pour la maison d’un particulier et en adaptant le chantier aux exigences de la démarche HQE ;

- En utilisant des produits performants, qui offrent un bon rapport qualité/prix, qui consomment peu d’énergie, qui sont durables, sains et innovants ;

- En diminuant les nuisances sur le chantier, notamment en matière de déchets générés ;

- En privilégiant la qualité de vie, plus particulièrement en termes de confort hygrométrique, visuel et acoustique.

Plus d’infos : http://maisone. fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 19:26
Première fête des AMAPs d’Ile-de-France (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) le 24 Mai 2008 au Centre Culturel La Clef, à Paris. Des tables rondes se sont déroulées. L'une d'entre elle était animée par Ruth Stegassy de France Culture (elle anime une émission qui s'appelle Terre à terre tous les samedis matins de 7h à 8h). Cette table ronde a été filmée et il est possible de la visionner en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Ile-de-France
commenter cet article

Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens