que se passe-t-il en europe - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 22:21

Magie: Le circuit court!

 

index.png

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 13:51

Le JDD publie en exclusivité une lettre adressée par plusieurs organisations écologistes et paysannes au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui rencontre lundi ses homologues européens à Bruxelles. L'enjeu des discussions : négocier la réforme de la politique agricole commune après 2013. La PAC est une énorme machine redistribuant quelque 9 milliards d'euros pour les agriculteurs français.

"Monsieur le ministre de l’Agriculture, dès votre arrivée, vous avez déclaré que votre priorité serait la réforme de la Politique agricole commune (PAC). Vous avez ajouté qu'il était nécessaire de se pencher sur le sens qu’on devait donner aux agricultures française et européenne et sur les perspectives qui leur permettront, dans leur diversité, de se développer et d'assurer emplois et richesse. Pourtant, comme votre prédécesseur, votre priorité est le maintien du budget de la PAC au niveau actuel, la réforme semblant être avant tout un enjeu d'ordre quantitatif plutôt que qualitatif : "Sauvons l'enveloppe annuelle de 9 milliards, on verra plus tard pour le contenu…"

A l'heure où la PAC fête ses 50 ans, vous n'ignorez rien de la profonde crise de légitimité de la première politique communautaire qui a cimenté l'Europe. Ses résultats sont d'autant plus controversés que l'objectif affiché de la Commission est dorénavant le soutien aux revenus agricoles.

 

Or rares sont les décideurs publics à pointer l'échec social de la PAC : distribution très inéquitable des aides, hémorragie des emplois (-25% en 10 ans dans l'UE), très faible taux de renouvellement des générations en agriculture (7% ont moins de 35 ans). Sans oublier l’échec environnemental : 96 % des eaux de surface polluées par les pesticides en France et disparition de la moitié des oiseaux agricoles en Europe depuis 1980.

Comme l'a justement souligné un récent rapport de la Cour des comptes européenne, la PAC est plus une politique de moyens que de résultats. Ses modalités d'intervention -au travers des aides directes- sont individuelles et mal ciblées.

30% de nos denrées alimentaires finissent à la poubelle

Le maintien d’une PAC forte se justifie si elle met en place une agriculture réellement durable à l’échelle européenne et mondiale. Il faut tordre le cou aux incantations appelant l'Europe à "nourrir le monde". En réalité, c'est bien l'UE qui est nourrie par les pays en développement. 30% de nos denrées alimentaires finissent dans nos poubelles.

Ces objectifs supposent notamment de :

- Réorienter les aides directes vers une véritable écologisation des systèmes agricoles, basée sur des rotations culturales plus longues, la protection des pâturages permanents et au moins 10% d'infrastructures agro-écologiques sur les exploitations. Hélas, la France, au sein du Conseil des ministres de l'agriculture, contribue activement au détricotage des propositions déjà insuffisantes de la Commission. Nous ne saurions cautionner que 370 milliards d’euros continuent à être dépensés avec pour effet de dégrader des écosystèmes qu’il faudra ensuite restaurer.

- Sécuriser les mesures agro-environnementales et climatiques. La France doit absolument soutenir un renforcement budgétaire dans ce domaine qu’elle a trop longtemps négligé. Ces mesures constituent un levier pour engager la transition vers une agriculture durable.

- Conditionner les aides en fonction des emplois agricoles et de critères environnementaux, des niveaux de prix et non du seul nombre d'hectares ou d'un niveau de production des exploitations. Actuellement, une part importante des aides profite à des bénéficiaires qui n'en ont pas besoin.

- Tourner la page des subventions aux produits exportés. Il faut défendre la mise en place d’un mécanisme d’évaluation et de correction des impacts de la PAC sur l’agriculture et la souveraineté alimentaire des pays du Sud.

Monsieur le ministre de l'Agriculture, la réforme de la PAC que vous allez négocier au nom de la France constitue une opportunité unique pour re-légitimer la PAC aux yeux des citoyens européens. C’est l’occasion d’amorcer la transition nécessaire vers une agriculture durable et juste.

Les organisations d'agriculteurs, de solidarité internationale et de protection de l'environnement que nous représentons seront extrêmement vigilantes. Vous devez défendre une réforme ambitieuse en faveur d'une PAC qui soit au service d’un nouveau partenariat entre les agriculteurs et les citoyens européens, en solidarité avec les paysans du monde. Faute de quoi, nous ne pourrions soutenir une politique faisant un mauvais usage des deniers publics. La vraie réforme de la PAC, c'est maintenant !"

Isabelle Autissier et Serge Orru, présidente et directeur général du WWF France - Jacques Berthelot, administrateur, Solidarité - Yves Berthelot, président, Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) - Xavier Bonvoisin, Chrétiens en monde rural (CMR) - Allain Bougrain-Dubourg, président, Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) - Stéphanie Cabantous, administratrice, MIRAMAP - Jacques Caplat, coordinateur, Agir pour l'environnement - Philippe Collin, porte-parole, Confédération paysanne - Jérémie Godet, président, Mouvement rural pour la jeunesse chrétienne (MRJC) - Armina Knibbe, présidente, Réseau Cohérence - Martine Laplante, présidente, Les Amis de la Terre - Jacques Maret, administrateur, Environnement démocratie et développement durable (E3D) - Dominique Marion, président, Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB) - Jean-Marc Bureau, président, Fédération nationale des centres d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural (FNCIVAM) - Jacques Morineau, président, Réseau Agriculture durable - Cécile Ostria, directrice générale, Fondation Nicolas Hulot - Pierre Perbos, président, Réseau Action climat - Xavier Poux, administrateur, Forum européen pour le pastoralisme et la conservation de la nature (EFNCP) - Joseph Racapé, administrateur, Dossiers et débats pour un développement durable (4D) - Jean-Paul Sornay, président, Peuples solidaires - François Veillerette, président, Générations futures - Sjoerd Wartena, président, Terre de liens

 

Source: http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Lettre-ouverte-a-Stephane-Le-Foll-sur-la-reforme-de-la-PAC-519917/

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 16:28

Voir le site officiel http://www.reduisonsnosdechets.fr/serd/presentation.html.

L'an dernier, pendant la semaine européenne des déchets, La Ruche avait  interviewé  les gérants des supermarchés de Vanves.

Elle a aussi créé à cette occasion le site http://2viespourmesobjets.wikispaces.com. Vous y  trouverez des idées pour donner une nouvelle vie aux objets dont vous n'avez plus l'usage

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:24

Dans Le Monde de ce soir :

L’Allemagne peut sortir, si elle le souhaite, du nucléaire en 2021. Telle est, selon les révélations de plusieurs journaux, l’une des principales conclusions auxquelles est parvenue la «commission d’éthique» mise en place sur le sujet par la chancelière, Angela Merkel, après la catastrophe de Fukushima, au Japon, et dont le rapport final est attendu pour la fin mai. Cette commission, présidée par l’ancien ministre (CDU) de l’environnement Klaus Töpfer, estime qu’il existe des alternatives qui «comportent moins de risques».

Elle recommande par ailleurs de fermer définitivement les sept réacteurs les plus anciens, qui font actuellement l’objet d’un moratoire de trois mois pour vérification. Le gouvernement doit présenter un projet de loi sur le nucléaire mi-juin, qui doit être définitivement adopté par le Parlement le 8juillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:50

Communiqué de presse du 9 novembre 2010 du Réseau "Sortir du nucléaire", fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/

Suite à une mobilisation pacifique d'une ampleur inédite, le transfert des onze conteneurs de déchets hautement radioactifs depuis la Hague (Manche) jusqu'à Gorleben (Allemagne) a pris deux fois plus de temps que prévu. En France, la répression étatique et policière fait rage contre les  militants du GANVA (Groupe d'Actions Non-Violentes Antinucléaires) qui s'étaient enchaînés aux rails devant le « train d'enfer » à Caen (Calvados). Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle ses militants et tous les citoyens à soutenir le GANVA. L'aide financière est urgente. Le procès aura lieu le 8 décembre à Caen.
Violence policière et répression étatique : les autorités à la botte du lobby nucléaire
Il est inadmissible qu'en réponse à une action non-violente, les forces de l'ordre utilisent la violence et occasionnent volontairement des blessures. Les militants du GANVA ont donc décidé de déposer une plainte. La décision du procureur de la République et du juge des libertés montre bien la volonté du pouvoir de réprimer tout acte de désobéissance civile qui viendrait porter atteinte aux intérêts du lobby nucléaire. Cette décision s'inscrit dans la tendance actuelle à la répression systématique des mobilisations et actes de protestation politique. Ces faits montrent encore une fois que le nucléaire est incompatible avec la démocratie, et qu'il ne peut résister à une véritable transparence. Si la population avait été réellement informée des risques et dangers inhérents au recours à l'atome, l'industrie nucléaire n'aurait pas pu se développer si facilement en France.
Rappel des faits
Le 5 novembre 2010, un convoi de déchets vitrifiés allemands très hautement radioactifs, composé de 11 conteneurs « Castor », a quitté la gare de Valognes (Manche) pour rejoindre le site d'entreposage de Gorleben en Allemagne. À 15h40, 5 militants du GANVA se sont enchaînés aux rails à 100 m du Viaduc de la Cavée, juste avant la gare de Caen, forçant le train à s'arrêter. Celui-ci est resté immobilisé pendant 3h30. La philosophie de cette action pacifique et non-violente était de ne pas avoir à se confronter physiquement avec les forces de l'ordre. Le blocage effectif du train reposait sur des entraves matérielles sur lesquelles les 5 militants s'étaient enchaînés, enfilant leurs bras dans des tubes métalliques passés sous les rails. Il était de la responsabilité des gendarmes et policiers de les "désincarcérer" en toute sécurité ! Or, face à la pression de leur hiérarchie, les forces de l'ordre ont perdu leur sang froid et blessé trois personnes en coupant les tubes. L'une d'elles a eu deux tendons de la main sectionnés et a dû subir une opération, les deux autres ont été brûlées et doivent subir une greffe de peau. Les deux brûlés ont été directement placés en garde à vue après des soins minimum aux urgences, et n'ont pu consulter à nouveau un médecin que bien plus tard le lendemain. Le militant blessé au poignet a été directement conduit en garde à vue sous escorte policière dès sa sortie de l'hôpital. Au final, sept militants ont été maintenus en garde à vue pendant 24 h et font l’objet d’un contrôle judiciaire supposant le règlement de cautions, pour un montant total de 16 500 €, à payer avant le 15 Novembre. À défaut de paiement, elles seront incarcérées jusqu’à leur procès, qui se tiendra le 8 décembre à 14h au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Caen.
Face à cette répression intolérable, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à la solidarité financière, et au soutien massif des militants du GANVA au tribunal de Caen le 8 décembre.
Notre résistance ne connait pas de frontière ! Unser Widerstand kennt keine Staatsgrenzen !

 

Contacts presse du Réseau "Sortir du nucléaire" :
            Sophie Morel : 06 83 55 15 24
            Nadine Schneider : 06 85 50 82 77
_____________________________________________________

Informations, dons en ligne :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/article/action-de-blocage-du-ganva-a-caen

Site du GANVA : http://ganva.blogspot.com/

Contact GANVA : ganva@riseup.net

Autre moyen de soutenir le GANVA : adresser un chèque à l'ordre de l'APSAJ - Association Pour la Solidarité et l'Aide Juridique : APSAJ, 6 cours des alliés 35000 – Rennes

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 21:10

Un article paru dans le "New York Times"

Abeilles aéroports Abeilles aéroports


Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 14:53

Ils étaient douze. Douze botanistes et généticiens russes à s’être laissé mourir de faim pour sauver leur bien le plus précieux : la banque de semences de Pavlovsk. C’était en 1942, la région de Leningrad (redevenue Saint-Pétersbourg) était alors cernée par l’armée allemande. Mais aucun des gardiens de Pavlovsk ne voulut manger leur trésor. Ce trésor, ce sont les collections de graines et de semences de l’ancien Institut pansoviétique de culture des plantes.

Créé en 1926 par le généticien russe Nicolaï Vavilov, il abrite aujourd’hui les graines et semences de 322.000 espèces végétales, dont 43.000 légumes et 5.000 baies. Selon les bons connaisseurs, 90 % des collections de cette « banque » ne se trouvent dans aucun autre établissement comparable.

Hélas, l’institut Vavilov de recherche agronomique a le grave inconvénient d’être installé à Pavlovsk. Situé à quelques kilomètres de Saint-Pétersbourg, ce village où Pierre Ier s’est fait construire un merveilleux palais, est devenu une banlieue chic, où il fait bon avoir sa maison ou sa datcha.

Le 25 décembre dernier, le ministère russe du développement économique a ordonné la destruction de l’institut pour laisser la place à des lotissements. Magnanime, le gouvernement a laissé trois mois à l’institution pour trouver un asile pour ses collections. Trois mois, alors que trois ans ne suffiraient pas à organiser pareil déménagement. Alors que la justice de Saint-Pétersbourg doit définitivement statuer, cette semaine, sur le sort de l’institut Vavilov, quelques associations se mobilisent.

Le Global Crop Diversity Trust américain a lancé une pétition pour sensibiliser le Premier ministre russe au sort d’une institution unique au monde. Une institution dont les collections pourront se révéler bien utiles en cas de changement climatique ou de grave attaque de ravageurs.

Le site web Cyberacteurs propose une pétition en français : http://www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=153

La Ruche s'associe à cette pétition et vous propose de la signer.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 21:38

La Commission Européenne vient d'autoriser la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) pour la première fois depuis 12 ans, plaçant les profits du lobby OGM avant les préoccupations sanitaires des citoyens. Pourtant 60% des Européens estiment que nous avons besoin de plus d'informations avant de cultiver des plantes qui pourraient menacer notre santé et l'environnement.

Une nouvelle initiative donne à 1 million de citoyens européens une chance unique de déposer officiellement des propositions de lois à la Commission Européenne.

Rassemblons un million de voix pour obtenir une interdiction des cultures OGM tant que la recherche n'a pas abouti. Signez la pétition et faites suivre cet appel à tous vos amis et vos proches.

Lors de la publication de cet article, près de 700 000 européens ont déjà signé !

Pour signer la pétition, cliquez ici

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 10:40
Paru sur le site http://www.cdurable.info
Le Vorarlberg, petit Land à la pointe occidentale de l'Autriche, est actuellement l'exemple le plus convaincant de la mise en pratique d'un développement écoresponsable à l'échelle d'un territoire européen. Cette expérience, stimulante pour tous les professionnels, montre qu'il est possible de construire, pour un budget raisonnable, des bâtiments écologiques et énergétiquement efficaces sans ostentation. Mais au-delà de cette architecture du quotidien, simple et fonctionnelle, qui suscite l'admiration, c'est un nouveau modèle de société qui se développe depuis les années 1960 dans le Vorarlberg.
Situé l'ouest de lAutriche, le Vorarlberg est un modèle de développement durable. Cette région impose depuis le 1er janvier 2007, que tous les bâtiments neufs réalisés par des maîtres d'ouvrage publics doivent être obligatoirement construits selon le standard "maison passive" ! Quelques extraits de l'annonce qui a accompagnée la décision : Monsieur Rein, directeur du conseil au logement : "Nous devons prendre le problème à la racine. C'est la seule solution pour assurer une sécurité à long terme de la construction à usage social. Le standard "maison passive" est à ce titre la meilleure solution". Monsieur Günter Lang de L'IG Passivhaus Österreich ajoute sans fioritures : "Chauffer, n'est rien d'autre qu'une adaptation constante aux erreurs de construction".
Deux vidéos sont mises en ligne sur le site Cdurable.
Pour y accéder, cliquez ici

Les autres articles de la Ruche sur la rénovation ou la construction écologique des logements
Ecosubvention : une nouvelle aide pour la rénovation
Lancement de l’« éco-prêt à taux zéro »
Construction durable et bonus du COS
Guide des aides en faveur des économies d'énergie pour les particuliers des Hauts-de-Seine
Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement des Hauts-de-Seine
La maison E à Choisy le Roi, avec l'AFPA : le premier chantier-formation d’une rénovation idéale
Economisons l’énergie !
Voyage préparatoire à Freibourg
Quand le local change nos vies : l'expérience d'un éco-quartier

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 21:39

Avec quelques jours de recul, tentons de tirer quelques enseignements du dernier scrutin électoral.

Rappelons d'abord quelques données : la participation nationale comme européenne a été faible mais dans la droite ligne de l'évolution constatée depuis plusieurs scrutins européens. En France, selon les enquêtes de sortie des urnes, ce sont bien les électeurs les plus intéressés par la vie politique, y compris européenne, qui sont allés voter : ce sont surtout des  citadins, plutôt instruits. Notons aussi que les électeurs les plus jeunes se sont moins déplacés que leurs aînés. A Vanves, comme souvent, la participation a été nettement meilleure (plus de 10% supérieure !) que la moyenne nationale avec plus d'un électeur sur deux qui s'est rendu dans un bureau de vote.

Parmi les 745 députés élus au Parlement européen, quatre faits importants à noter : une avancée de la droite conservatrice qui a désormais près de 300 députés, dont 10% de Sarkozystes;  c'est une majorité relative, pas absolue. A leur droite, une cinquantaine de « souverainistes » qui se font élire au Parlement pour dénoncer son importance politique et une quarantaine d'autres députés plus ou moins extrêmes mais difficilement rassemblables. A leur gauche, environ 80 députés du groupe libéral-démocrate auquel se rattachent les 6 Bayrouistes français. Tous ces groupes sont très hétérogènes et votent rarement ensemble.

Le reste du Parlement européen se composera d'un groupe social-démocrate en recul, environ 180 élus dont une grosse vingtaine en Allemagne, en Italie, en Espagne, seulement 14 socialistes en France et 11 travaillistes anglais, quelques Grecs et quelques Scandinaves. Là encore, l'hétérogénéité des positions politiques est bien connue avec ceux qui soutiennent la reconduction de Barroso à la tête de la Commission européenne, ceux qui s'en accommodent et ceux qui disent vouloir quelqu'un d'autre. A la gauche de ce groupe siégera une trentaine de députés de « gauche radicale », dont les 4 élus français du Front de gauche.

Outre les conservateurs, un seul autre groupe européen a donc progressé lors de ces élections, c'est celui des Verts. Ils étaient une quarantaine, ils seront plus de 50. La France et l'Allemagne fournissent les plus gros contingents, 14 chacun. Les autres viennent des pays scandinaves, du Royaume-Uni, du Benelux, du Portugal, d'Espagne, d'Autriche. Comme on l'a vu dans la mandature précédente, et à la différence de tous les autres groupes politiques, le groupe Vert du Parlement européen vote de façon très homogène. Il a été élu sur un canevas européen élaboré par un Parti Vert européen qui existe et fonctionne depuis plus de cinq ans. Il sera présidé par Dany Cohn-Bendit dont l'expérience est grande dans ce Parlement. Malgré sa taille relativement faible, le groupe des Verts a été (et sera encore plus) capable de susciter des majorités diverses selon les textes à examiner et les directives et règlements à voter. Il porte un grand espoir. Avec des élus comme José Bové pour reconstruire une Politique agricole commune (la fameuse PAC) qui nourrisse les populations sans tuer la terre et empoisonner les eaux à coups d'engrais, de pesticides et autres produits phytosanitaires, et qui assure aux paysans un revenu décent et prévisible, comme Eva Joly pour laquelle l'enjeu sera la création au niveau européen d'une Commission anti-corruption, le Parlement reçoit des personnalités fortes et qui ont la volonté d'agir au niveau pertinent, l'Europe.

Alors, avec ce (relativement) fort taux d'abstention, faut-il tirer un voile pudique sur les résultats en annonçant qu'ils ne sont pas significatifs? Qu'ils ne présagent rien de bien nouveau pour les prochaines échéances électorales françaises? Ce n'est certes pas notre avis.

Car tout l'indique, nous sommes entrés depuis plusieurs élections et en particulier depuis la dernière présidentielle dans une période de repositionnement des forces électorales. A droite, l'UMP s'est renforcée en faisant le vide autour d'elle. Le FN n'intéresse plus guère. Le PS qui était dominant à gauche depuis plus de 30 ans a perdu ce rôle central. Les électeurs ne se portent plus aussi naturellement vers lui. Ils hésitent, cherchent chez Ségolène Royal ou chez François Bayrou la femme ou l'homme providentiels qu'ils abandonnent presque aussi vite qu'ils les avaient investis de leurs espoirs. Quant à la « gauche de la gauche », elle semble s'adresser à une fraction assez étroite de la population à coups de discours qui ont l'air d'avoir été répétés depuis des décennies.

Alors quoi de neuf? L'écologie bien sûr, passée soudainement de la marge au centre de l'attention des citoyens et des médias. C'est en tout cas ce que l'on a pu constater dimanche 7 juin et ce, de façon très homogène à travers tout le pays.

Plus de 16% des suffrages exprimés pour les listes Europe Ecologie, plus de 3% pour d'autres listes écologiques dont les bulletins étaient de même couleur verte et de facture très ressemblante. Au total, 20% de votes résolument écologistes. Votes bobo? Outre que ce terme est bien imprécis, il paraît vraiment  inadapté quand on voit la liste Europe Ecologie arriver en tête à Nanterre, Saint-Denis, Pantin, Bagnolet, Montreuil, Malakoff, Clamart... quand on décompte 20% des électeurs en faveur d'Europe Ecologie dans une ville aussi populaire que Saint Nazaire, quand on voit Europe Ecologie devant le PS dans les ¾ des villes de plus de 100 000 habitants, loin devant lui à Paris, Lyon, Rennes, Grenoble... et devant même à Marseille.

En Ile-de-France, le score d'Europe Ecologie est impressionnant. Avec près de 21% des voix, les électeurs franciliens envoient 4 eurodéputés écolos siéger à Bruxelles et Strasbourg. Daniel Cohn-Bendit bien sûr, Eva Joly évidemment, mais aussi Pascal Canfin, journaliste économique, et Karima Delli, la plus jeune des eurodéputés français, née à Tourcoing il y a 30 ans à peine, et résidente de Malakoff. Trois sont adhérents chez les Verts, Eva Joly ne l'est pas mais elle siégera comme tous les eurodéputés élus sous la bannière d'Europe Ecologie (8 Verts et 6 associatifs au total) dans le groupe Vert du Parlement européen.

Et à Vanves? Comme dans toute l'Ile-de-France, Europe Ecologie y fait une percée impressionnante. En tête dans 5 des 19 bureaux de vote de la ville, dont celui de la mairie, elle totalise 25,4 % des suffrages, pas très loin derrière l'UMP à 28,7%, et loin devant le PS à 15,7 % qu'elle devance dans tous les bureaux de vote, sur le Plateau, au centre comme dans les hauts de Vanves vers le Clos Montholon. A titre de comparaison, il y a 15 mois avait lieu l'élection municipale. Il y avait eu 11636 votants au 1er tour, contre 8840 (2796 de moins) ce dimanche 7 juin pour l'élection européenne. La liste UMP, celle du maire sortant Bernard Gauducheau, avait recueilli 47,6% de ces votes, 5306 voix. L'UMP a perdu près de 3000 électeurs pour un recul de près de 20%. La liste PS, celle du précédent maire, Guy Janvier, était à près de 32 % avec 3562 voix. Avec 1354 voix ce 7 juin pour la liste PS, le recul est encore plus énorme. Et les écologistes? En mars 2008, la liste Verts Associatifs Citoyens menée par Marc Lipinski récoltait 887 voix, tout juste 8 % des votes. Quinze mois plus tard, celle d'Europe Ecologie en récolte 2199, bien plus que le double! Le Modem quant à lui était à moins de 10 % en 2008, il y reste en 2009.

Et maintenant? Toute la question est de savoir où va aller l'espoir des électeurs dans les prochaines échéances électorales. On le saura vite puisque les Conseils régionaux seront renouvelés en mars 2010. Ce sera une élection à deux tours, semblable aux élections municipales. Sur la lancée d'Europe Ecologie qui a rassemblé les Verts et d'autres écologistes issus des mouvements associatifs, et à l'exemple de ce qui se fait depuis bientôt 10 ans à Vanves, il y aura des listes écologistes formées de Verts et d'associatifs dans chaque région et en premier lieu en Ile-de-France. Que feront les électeurs? Vont-ils revoter pour le PS qui préside presque toutes les régions? Donner encore plus de pouvoirs à la droite sarkozyste? Ou bien sont-ils enfin résolus à prendre le virage de l'écologie afin d'affronter les véritables enjeux de ce début de XXIe siècle? Pour notre part, nous sommes confiants. Ecologie et société peuvent désormais avancer du même pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Que se passe-t-il en Europe
commenter cet article

Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens