que se passe-t-il dans les hauts-de-seine - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 19:22

Le collectif stoptafta92sud, dont l'association La ruche de Vanves est signataire, organise une soirée d'information sur le traité transatlantique en discussion actuellement.


TAFTA est un projet d'accord commercial de libre-échange et d’investissements entre l'Union européenne et les Etats-Unis négocié dans le plus grand secret.

Si ce traité est adopté, il consacrera la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyen.ne.s et de la démocratie.
Sous couvert d’une hypothétique relance de la croissance, ces accords s’attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s’estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les Etats devant des tribunaux privés d’arbitrage, hors de tout contrôle démocratique.

Cette soirée se déroulera en deux temps: une pièce de théâtre suivie d'un débat.
Nous vous y attendons nombreux. l'entrée est libre.

Le collectif stoptafta92sud

vous invite le Mercredi 10 décembre 2014 à 20 h

à une croisière théâtrale mouvementée (*) d’une durée de 45 minutes

Suivie d'un débat animé par Frédéric Viale membre de la Commission Europe d’Attac

Ecole Jean Jaurès – 11, avenue Jules Ferry à Malakoff

Plus d'infos: https://france.attac.org/agenda/article/stoptafta92sud-croisiere-theatrale

Partager cet article

Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 14:02

par François Papy

 

A la suite d'une cyberaction lancée le 19 février dernier par l'amap « le panier vanvéen » et de la réponse de M. Gauducheau du 4 mars, il a été convenu avec les services de GPSO (Julie Bach, chargée de mission prévention des déchets) d'organiser une visite du premier compost public de Malakoff après une demande de rendez-vous que j'ai faite à cette dernière le 8 avril.

Ce rendez-vous a eu lieu au square Larousse, sous la pluie pour visiter les différents bacs, puis dans un café voisin.

Etaient présents, de GPSO: Jérémie Caen et Olivier Bronne de Longeas (maître composteur) ; Julie Bach, empêchée, avait demandé à être excusé; de Malakoff, pour la mairie : Claire Fiszlewicz, chef de service développement durable, démocratie participative et affaires intercommunales, Ramndatou Diop, chargée de mission développement durable et une stagiaire, des référents du compostage du square Larousse : Lisa Morrison et Lothar Windolf; de Vanves :  moi-même.

Deux communautés d'agglo: un même souci de réduire le plus possible l'apport de déchets fermentescibles et aqueux aux incinérateurs par une sensibilisation des citoyens mais deux types de population et deux politiques différentes.

Dans l'agglo Sud de Seine, il y a beaucoup d'habitats collectifs sociaux ayant relativement peu d'espaces verts qui sont bien utiles pour faire du compostage en pied d'immeuble. C'est ce qui explique qu'une mairie comme Malakoff s'est plutôt orienté vers le compostage en espace public dès lors qu'elle trouve des référents prêts à s'en occuper. Le compostage inauguré le 14-01-2012 au square Larousse a été le premier. Un autre a été ouvert depuis et un troisième est en cours de montage.

Un diaporama retrace le retour d'expérience et contient, en plus, la lettre de la mairie invitant les citoyens voisin du square à assister à la journée de lancement, un article dans le parisien et les panneaux d'information affichés autour des bacs. Le site du square est équipé de 3 bacs en bois de 600 l environ, plus un bac en plastique contenant des déchets verts carbonés. Un quatrième bac en bois va être rajouté pour laisser aux autres bacs le temps de mûrir. L'opération a donc été lancée par la mairie. Le jour de l'inauguration 70 Bio-sceaux de 2 l ont été distribués gratuitement par la mairie. D'une discussion entre référents et maître composteur ressort que des bio-sceaux de 1 l seraient peut-être préférables. A voir. Les apporteurs de déchets sont bien sûr censés suivre les recommandations et mettre pour chaque apport une poignée de déchets ligneux. Pour l'instant il n'est pas prévu d'ustensile permettant de remuer le compost. Il existe pourtant un modèle d'aérateur, fourni à GPSO par le Syctom, facile d'emploi dit Olivier Bronne de Longeas qui donnera les références. Les référents passent deux fois par semaine pour vérifier la qualité des apports, nettoyer les abords et « réparer les incivilités des citoyens », comme dit Lothar qui cependant note de nets progrès depuis un an.

Etre référent pour le compostage dans des lieux publics demande sans doute plus d'attention qu'au pied d'un immeuble. Pour l'instant c'est également les deux référents qui « glanent » les déchets verts et les feuilles dans le square. Une opération est en cours pour associer deux agents municipaux à la collecte de ces déchets. Un premier bac a été vidé le 15-12-2012. Les apporteurs n'ont pris qu'une partie du compost produit en fonction des capacités de leurs jardinières. L'utilisation du compost pose partout le même problème. Il est possible de l'utiliser dans les massifs des espaces publics. Mais cela demande donc une coordination avec les services qui en ont la charge.

A GPSO la politique est différente. Elle est prioritairement orientée vers la collecte en bas d'immeubles et la mesure des réductions qu'il est possible de faire par des foyers témoins. Jérémie Caen fait remarquer qu'il existe à Issy-lès-Moulineaux un immeuble HLM qui, animé par l'association « Pik-pik environnement », gère du compostage sur une dalle. L'opération vient de commencer. Une invitation à visiter ce site est lancée pour l'automne. A noter qu'il existe cependant à GPSO une expérience de compostage individuel dans un lieu public à la maison de la nature de l'agglo qui se situe à Meudon.

Pour l'instant les représentants des services de GPSO, intéressés par l'expérience de compostage dans un lieu public, vont examiner la possibilité de lancer un projet pilote.

 

Plus d'informations sur le compostage collectif à Malakoff en cliquant ici.  et .

Partager cet article

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 16:41

RESF (Réseau éducation sans frontières) dénonce l'indignité des conditions d'attente.

Lucie * renouvelle chaque année depuis 2002 son titre de séjour à Antony : elle y dépose un dossier actualisé et reçoit un récépissé de 3 mois, puis un deuxième, et enfin la carte de séjour d'un an valable encore 6 mois. Jusqu’à maintenant, une attente de 2 à 3 heures avant l'ouverture, puis encore quelques heures à l'intérieur pour obtenir son récépissé.

Et cette fois :

- Jeudi : 1ère démarche : arrivée à 7 h, elle s’entend dire à l'ouverture à 9h :"le jeudi, on ne prend que les gens qui ont déjà un récépissé, pas ceux qui déposent un dossier".

- Vendredi : arrivée par le premier RER à 5 h 50 dans la queue, déjà longue. Impossible de compter les personnes devant, tout le monde fait des allers et venues, se fait garder la place. A 9h, distribution de 70 tickets. Elle doit repartir.

- Mardi : arrivée à 3h 45, avec fauteuil, thermos, ravitaillement, tricot. L'une attend depuis minuit 45, (dernier RER), assise par terre. Heureusement la nuit est douce. La 1ère personne de la file est arrivée à 18h 30 hier soir : son titre de séjour expire aujourd'hui même. Sans récépissé aujourd'hui, son employeur a prévenu qu’il la licencierait. Plusieurs dizaines de personnes dorment par terre, enroulées dans des couvertures ou des sacs de couchage : toutes sont déjà venues au moins une fois la semaine dernière. Un vieux monsieur arrive, il a du mal à marcher et à rester debout. Il demande si on peut lui garder sa place pendant qu'il va attendre dans une voiture. Des étudiants travaillent avec leur PC portable, des travailleurs se demandent s'ils vont perdre leur journée de travail.

Parmi les histoires qui circulent:

- Vendredi : une pétition a tourné pour proposer au sous-préfet quelques idées d'organisation de l’attente. 2 policiers sont venus demander l'initiateur, et devant le silence des signataires ont menacé : « …on peut vous expulser à cause de ça, on laisse le papier sur une chaise et vous pouvez venir rayer votre signature ... »

- Une femme passe dans la queue pour expliquer son problème : elle est déjà venue 4 fois, elle ne peut pas laisser ses enfants seuls toute la nuit. Arrivant tard, elle n’a jamais pu passer. Son titre de séjour expire le lendemain. D'un commun accord, "la queue" lui a laissé une place.

- Une femme très enceinte. On ne l'a pas laissé passer à la file prioritaire car elle n'a pas sa carte de priorité. Les voisins s'offusquent: "Mais votre ventre est bien plus gros qu'une carte de priorité! Il faut retourner et insister !" Cette fois c’est bon.

- 9 heures : Lucie, numéro 75 est la dernière à entrer. Le vieux monsieur, encouragé par ses voisins de queue, a finalement pu passer dans la file des prioritaires.

- 10h 30 : Lucie a pu obtenir la liste de tous les documents qui peuvent être demandés pour un dossier. Pour ne pas prendre le risque d’un dossier incomplet, elle part récupérer un document. Elle se sent mal et vomit plusieurs fois. Pas question de se reposer:"Imagine que je loupe mon tour ? On aurait fait tout ça pour rien!"

- 17h 00 : plus que 2 personnes devant elle. Elle a dû téléphoner pour faire chercher les enfants à l'école. A 17h30, elle sort enfin, épuisée.

Plus qu'à attendre la prochaine étape. Dans 3 mois, puis dans 6 mois, puis dans un an , puis ....

• le prénom a été changé

Récit de M-A. C. , amie, citoyenne, accompagnatrice de Lucie. Révoltée.

Réseau Education sans frontières 92 sud n° d’urgence : 06 12 17 63 81 / 06 89 49 48 47

Permanences sur le site : http://www.educationsansfrontieres.org

Autre récit : http://www.rue89.com/2011/10/11/mes-nuits-blanches-la-sous-prefecture-dantony-administration-de-lahonte-225483

 

 

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:47

Venez faire la fête sur la Seine pour exprimer votre NON aux projets du département et de la Ville de Boulogne-Billancourt pour la vallée de la Seine et  pour l'île Seguin

tract guingoguette 2011

Partager cet article

Repost 0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 17:28

Les immigrés qui ont des démarches à faire à la sous-préfecture d'Antony savent depuis longtemps qu'il faut se lever très tôt pour faire la queue et attendre l'heure d'ouverture des bureaux à laquelle on vous donnera le numéro d'ordre qui vous permettra (sans certitude) de passer au guichet. Mais la situation a empiré. RESF (Réseau  éducation sans frontières) transmet ce témoignage. Révoltant!

Mardi 4 janvier 2011. Il est trois heures du matin et il fait -1°C dehors. Monsieur et madame X se placent dans la file d'attente à l'extérieur de la sous-préfecture d'Antony. Ils viennent pour une demande de titre de séjour « vie privée et familiale ». Ils connaissent de bouche à oreille la règle établie par la sous-préfecture depuis un an et non écrite : la sous-préfecture ne reçoit pour obtenir un rendez-vous que le mardi matin et ne distribue que 15 tickets pour 15 personnes. Ils ont préparé soigneusement leur dossier depuis deux mois avec l'aide des militantes et militants de l'association RESF.

A trois heures du matin, ils sont en troisième position dans la queue, ils pensent donc avoir toutes leur chance d'obtenir ce fameux ticket qui leur permettra d'avoir un nouveau rendez-vous pour l'examen approfondi de leur situation deux mois plus tard. A 8 h 30, il y a environ 150 personnes dans la queue. Mais, quand le portail s'ouvre et qu'ils se présentent en troisième position, on leur annonce qu'il n'y a plus de ticket. Même chose pour celui qui est en première position dans la queue. Aujourd'hui, il n'y a plus de ticket, un point c'est tout.

Interrogée, la responsable du service, refuse de donner des explications et s'emporte : « Vous n'avez qu'à revenir mardi prochain ! ». Mais Madame, comment être sûr que cela ne sera pas la même chose mardi prochain, il doit y avoir une erreur, c'est injuste. « Oh pas de moralisme ! et si nous avons fait une erreur, hé bien que Dieu nous pardonne ! ». « Mais c'est inhumain » dit une femme furieuse.

En effet, voilà l'exemple de la pire des vexations faite à des dizaines de personnes qui viennent de passer debout six heures dans le froid après avoir confié leurs enfants à des amis : à la sous-préfecture d'Antony, il n'y a pas de règle, les étrangers ne sont rien, n'ont aucun droit, même pas celui de comprendre pourquoi on se moque d'eux.

Partager cet article

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 10:33

Guinguettes

Partager cet article

Repost 0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 20:08

Projection12juinclamap500

Clamap, amap de Clamart, organise samedi 12 juin la projection du documentaire Sans terres et sans reproches, sur les paysans du Quercy qui militent dans le Parc Naturel des Causses pour avoir quelques hectares pour pratiquer une agriculture paysanne.

 Le film sera suivi d’un débat avec la réalisatrice Stéphanie Muzard Le Moing.

C’est à 20h, à la Maison des Sports de Clamart, place Jules Hunebelle, pour 5 €.

Plus d'infos

Partager cet article

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 20:10

Un incendie s'est déclaré mercredi 17 mars vers 19h30 soir dans l'ancienne usine d'incinération de la TIRU à Issy-les- Moulineaux, qui est en cours de démolition. Les pompiers l'ont rapidement maîtrisé et la population du voisinage n'a pas été évacuée. Mais un très gros nuage de fumée noire s'est répandu sur le secteur sud de Paris. D'après le site de la ville d'Issy-les-Moulineaux, "les premiers éléments de l'enquête permettent d'établir que ce sinistre s’est produit au niveau du 4e four, le plus proche du quai. Selon le maître d’ouvrage, la dépollution de ce four venant de s’achever, il semblerait que les bâches plastiques (polyane) assurant son confinement (celles-ci présentant des caractéristiques plastiques d’usage répandu), aient constitué le combustible principal "
http://www.issy.com/index.php/fr/accueil/a_la_une/incendie_sur_l_ancienne_usine_tiru
On peut supposer que la fumée dégagée était très toxique, comme celle du précédent incendie le 12 mars 2006. A suivre!

Partager cet article

Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 21:21
Une excellente initiative sur le blog des Verts, qui proposent une lettre de réponse type à l'enquête publique, qui se déroule jusqu'au 5 février.
Si vous pensez que le projet d’aménagement des bords de Seine sur la RD7 entre le Pont de Sèvres et Paris tel que mené par le Conseil Général des Hauts-de-Seine n'est pas un bon projet et si vous voulez soutenir la proposition alternative largement approuvée lors de la concertation publique qui a déjà eu lieu et dont se moque Patrick Devedjian, cliquez ici.
Et envoyez vite un courrier au commissaire enquêteur...

Partager cet article

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 17:26

Conférence les 5, 12 et 26 Novembre à 17H00 dans les Locaux d’ARPEIJE, 54 rue du Moulin de Pierre, à Clamart

Pour le mois de l'économie sociale et solidaire : http://www.lemois-ess-idf.org/, GENOS SCOP ARL animera trois séances de 2 heures de conférence sur le Bilan Carbone (Enjeux et Méthodologie) pour les TPE et PME.

Inscrivez vous auprès de GENOS :
44 rue Lily, 92140 Clamart
Tel+33 (0)1 46 38 86 04
Tel+33 (0)6 24 96 53 16
david.gau@genosconseil.com

 

Partager cet article

Repost 0

Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens