ecologie pratique - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 14:42

L’Office National des Forêts (ONF), le ministère du Développement durable et la fondation GoodPlanet ont développé une application mobile pour apprendre à reconnaître les 29 principales essences d’arbres feuillus et résineux présents dans les forêts de France métropolitaine. Une bonne idée pour les balades dans les forêts avoisinantes, en particulier avec les enfants. Plus d'infos

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 14:38

Achat de fournitures scolaires, préparation du goûter... Quelques conseils pour aborder la rentrée de vos enfants sous le signe du développement durable, préserver leur santé et les sensibiliser à l’environnement. Plus d'infos sur le site du du ministère

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 22:01

Nombre d’activités professionnelles produisent des déchets alimentaires : le maraîchage, la restauration, le commerce alimentaire, les cantines, etc. Afin de les encourager et les accompagner vers la réduction et la valorisation de ces déchets, la direction régionale de l’ADEME en Rhône-Alpes publie : un outil d’autodiagnostic leur permettant d’évaluer leur production de déchets et de mieux la comprendre, ainsi qu’un guide pour agir.

Téléchargeable gratuitement

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 09:55

L a Ruche vous a déjà parlé de ce moyen de transformer vos déchets de cuisine en appartement.

Personnellement je reste assez réservé sur la généralisation du Bokashi. Comme il s'agit d'une fermentation anaérobie (= à l'abri de l'air, en fait de l'oxygène) de la matière organique, elle émet du méthane (CH4) qui est un gaz à effet de serre puissant. Son pouvoir de réchauffement global dans cent ans est 23 fois plus fort que celui du gaz carbonique (CO2).

Quelle est la quantité émise ? Je n'en sais rien. Toute matière organique qui évolue à l'abri de l'oxygène en émet. C'est une des raisons pour lesquelles les décharges d'ordures ménagères brutes non triées sont interdites. A côté d'une décharge, un pot Bokashi n'émet pas grand chose. Mais ce n'est pas une raison si on peut composter, c'est à dire soumettre la matière organique à une fermentation aérobie.

François Papy, agronome

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 20:45

Un article paru le 29 septembre 2010 dans Actu-Environnement

C'est l'un des objectifs du Grenelle concernant les déchets : valoriser les restes alimentaires de la restauration en général et des cantines scolaires en particulier. Mais entre collecte spécifique et valorisation in situ, la question reste ouverte. Pistes de réflexion avec le compostage effectué au collège Jean Zay dans l'Essonne (91).

La restauration collective génère chaque année plusieurs millions de tonnes de déchets1. Faute de moyens de collecte adéquats, ces déchets fermentescibles empruntent souvent la même voie que les déchets banals. Dommage, quand on sait que ces matières organiques peuvent être valorisés, soit sous forme d'énergie (méthanisation), soit de matière (compostage).
Pourtant dans la pratique, un traitement spécifique à ces biodéchets est contraignant : logistique de collecte supplémentaire, stockage et nuisances olfactives inhérentes… la solution n'est pas unique et il est parfois plus intéressant de valoriser ces déchets sur place.

1/
En 2005 en France, le gisement de déchets alimentaires fermentescibles collectés par les municipalités a été estimé à 9,5 millions de tonnes, dont 1,5 millions de tonnes provenant des entreprises de restauration collective ou de supermarchés.

 

Voir la vidéo de l'expérimentation

 

En espérant que cette expérience peut donner de bonnes idées aux différents établissements scolaires de notre ville, voire de notre département, puisque l'expérimentation est soutenue par le Conseil Général.

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 09:13

Pour encourager les propriétaires modestes à rénover leur logement, l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat lance une nouvelle aide : l'écosubvention.
Isoler davantage, mieux chauffer : deux façons de faire baisser les dépenses d'énergies tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre. Mais ces travaux nécessitent un investissement que les propriétaires modestes ne peuvent pas toujours assumer. Pour les aider, l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (Anah) lance une Ecosubvention.

Les bénéficiaires de l'Ecosubvention
Pour obtenir l'Ecosubvention, vous devez être propriétaire occupant d'un logement achevé depuis plus de quinze ans que vous vous engagez à utiliser à titre de résidence principale pendant six ans après la fin des travaux.
Vos ressources ne doivent pas dépasser certains plafonds. Par exemple, un couple avec deux enfants ne doit pas disposer de revenus supérieurs à 33.330 € en Ile-de-France et à 23.040 € pour les autres régions.

Jusqu'à 13.000 € de subvention
L'Ecosubvention s'applique aux travaux de rénovation thermique (isolation des combles et des murs, remplacement d'une chaudière ancienne par exemple). Ils doivent être réalisés par un professionnel. Leur montant doit être compris entre 1.500 € et 13.000. Quel avantage ? L'Anah prend en charge une partie vos travaux en vous versant une subvention. 70 % de cette somme est disponible dès le démarrage du chantier. Le montant :
- 20 % du coût des travaux si vous disposez de ressources intermédiaires ;
- 35 % du coût des travaux si vous disposez de ressources modestes. Dans cette hypothèse, une écoprime supplémentaire de 1 000 € peut vous être attribuée.
Par ailleurs, 70 % de l'écosubvention est disponible dès le démarrage des travaux.

A noter : Si votre revenu annuel est inférieur à 45.000 €, l'écosubvention se cumule avec l'Eco-prêt à taux 0 % et le crédit d'impôts vert (voir notre lettre de février 2009). Pour en savoir plus : 08 20 15 15 15, www.anah.fr rubrique Ecosubvention

Laurent Lamielle © De Particulier à Particulier

Les autres articles de la Ruche sur la rénovation ou la construction écologique des logements
Lancement de l’« éco-prêt à taux zéro »
Construction durable et bonus du COS
Guide des aides en faveur des économies d'énergie pour les particuliers des Hauts-de-Seine
Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement des Hauts-de-Seine
La maison E à Choisy le Roi, avec l'AFPA : le premier chantier-formation d’une rénovation idéale
Economisons l’énergie !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 14:30
Trois décrets et un arrêté relatifs à l’« éco-prêt à taux zéro » ont enfin été publiés  au Journal Officiel. Ces textes précisent juridiquement les caractéristiques de l’« éco-prêt à taux zéro ».
Les Ministres ont signé le 26 février 2009 une convention avec les établissements de crédit (la Fédération Bancaire Française, l’Association française des Sociétés Financières), les professionnels du bâtiment (la Fédération Française du Bâtiment, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) et de l’immobilier (la Fédération Nationale de l’Immobilier, l’Union des Syndicats de l’Immobilier), et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).
Cette convention détaille les modalités pratiques de mise en oeuvre de l’«éco-prêt à taux zéro».
Depuis début mars 2009, les Français ont la possibilité de contacter les entreprises du bâtiment pour obtenir des conseils sur les travaux à réaliser, au moyen des formulaires disponibles sur les sites internet du ministère et de l’ADEME.
La publication des textes le 31 mars 2009 autorisera les banques à débuter la distribution de l’«éco-prêt à taux zéro» dès le mois d’avril.
L’«éco-prêt à taux zéro», adopté en loi de finances pour 2009 à l’initiative de Jean-Louis BORLOO, constitue une des mesures phares du Grenelle Environnement. Tous les particuliers peuvent en bénéficier pour des projets dans leurs résidences principales, y compris les copropriétés et les logements mis en location.
L’«éco-prêt à taux zéro» est cumulable avec les autres dispositifs de soutien, notamment le crédit d’impôt «développement durable» (sous condition de ressources), les aides de l’agence nationale de l’habitat et des collectivités territoriales, les certificats d’économies d’énergie et le nouveau prêt à taux zéro octroyé pour les
opérations d’acquisition-rénovation.
D’une durée de 10 ans, pouvant être étendue jusqu’à 15 ans par la banque, il permet de financer jusqu’à 30 000 € de travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique du logement.
Les opérations sont éligibles :
- si elles mettent en oeuvre un «bouquet de travaux», c’est-à-dire un ensemble de travaux cohérents dont la réalisation simultanée apporte une amélioration très sensible de l’efficacité énergétique du logement,
- ou s’il s’agit de travaux recommandés par un bureau d’étude thermique permettant d’atteindre une performance globale minimale. Les frais d’études ou de maîtrise d’ouvrage associés, ainsi que les travaux induits seront également éligibles.
L’«éco-prêt à taux zéro» constitue ainsi une solution complète de financement de la rénovation thermique.

Les autres articles de la Ruche sur la rénovation ou la construction écologique des logements
Construction durable et bonus du COS
Guide des aides en faveur des économies d'énergie pour les particuliers des Hauts-de-Seine
Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement des Hauts-de-Seine
La maison E à Choisy le Roi, avec l'AFPA : le premier chantier-formation d’une rénovation idéale
Economisons l’énergie !

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 21:44
Vous avez l'âme d'un Chef d'Etat ? d'un député européen ou du président de la Commission européenne ?  Vous avez toujours eu envie de vous payer un EPR ? ou d'investir massivement dans la maîtrise de l'énergie ? d'être président de Gazprom et d'étrangler les Ukrainiens ? C'est le moment ou jamais !

Essayez le jeu d'Europe Ecologie sur la crise de l'énergie. Pendant deux bonnes heures, achetez du gaz, écoutez les lobbies et investissez dans les éoliennes ou des EPR. Maîtrisez l'énergie - ou pas, et essayez de déployer une politique européenne de l'énergie pour assurer l'approvisionnement énergétique de votre pays - ou de votre continent !

Pour télécharger le jeu, cliquez ici

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:24
La principale conclusion de la réunion du 5 mars, organisée par la Ruche avec le Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIID), a montré qu'il était urgent de réduire nos déchets. Trier, recycler, c'est bien, mais il faut réduire d'abord, pour endiguer l'épuisement de nos ressources naturelles et pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. L'empreinte écologique de l'humanité est telle qu'actuellement, il faut 1,4 terre pour répondre à ses besoins.

Il existe des solutions pratiques pour réduire nos déchets, et l'une de ces solutions consiste à la réutilisation des objets plutôt que leur mise à la poubelle.

Des institutions travaillent depuis longtemps sur ce thème, qui permet par ailleurs de générer de l'économie solidaire : Emmaüs, des ressourceries (le site du réseau : http://ressourcerie.fr/ ; la première ressourcerie parisienne : http://www.interloque.com/ ).

Mais il existe maintenant des sites internet, qui permettent également de donner des objets plutôt que de les jeter.
Le principe est simple :
- vous voulez donner un objet : vous passez gratuitement une petite annonce ;
- vous voulez récupérer un objet : vous faites une recherche, puis vous contactez le propriétaire de l'objet pour fixer les modalités de sa récupération.
C'est en plus un contact direct entre donateur et récupérateur, qui permet  de mettre des visages dans ces échanges, et de faire ainsi du lien social.

Deux sites proposent ces services :
http://www.recupe.net/
http://donnons.org/


Sur la gestion des déchets, à Vanves ou ailleurs, consultez les autres articles de la Ruche :
Donner au lieu de jeter
Soirée-débat à Vanves : la réduction des déchets d'emballage : les exposés
Soirée-débat à Vanves : la réduction des déchets d'emballage
Plus d’actions pour moins de déchets
Comment faire du compost ou du lombri-compost ?
Deuxième opération déballage, l'article du Parisien
Testez vos connaissances et vos réflexes anti-déchets
Deuxième opération déballage, la pétition
Deuxième opération déballage : un vrai succès
Gestion des déchets à Vanves : peut mieux faire !
Un week-end de réflexion autour des emballages
Faites un geste pour l'environnement ! Compostez votre sapin de Noël !
A la recherche de "Ma déchèterie mobile"...
Une raison de plus de recycler ses déchets verts
Suivi de l'action déballage du 7 juin 2008 : lettre à Intermarché
Les Vanvéens emballés par la Ruche !
Recycler, c’est bien, produire moins de déchets, c’est mieux

L'album photo de l'action déballage du 7 juin 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 21:48

Cette fiche pratique est le fruit d' un atelier d'écologie pratique organisé par le Moulin à Café.

Compost :
- Mélanger épluchures (acides, azotées) et matières sèches (feuilles, herbe,s cartons ou boîtes à oeufs déchiquetées);
- Placer le composteur plutôt à l'ombre sinon il y a pourriture et mauvaises odeurs du fait de la température trop importante (la température d'un compost normal atteint jusquà 60° à l'intérieur);
- Brasser régulièrement mais ne pas placer à l'air libre (cf. composteur fourni par certaines agglo dont Arc de Seine pour la somme de 15 euros);
- Un bon compost ne doit pas dégager de mauvaises odeurs;
- Eviter les agrumes ou alors en petits morceaux;
- Les ongles, cheveux, cendres (en petite quantité), sciure (en petite quantité), foin, paille, marc de café, thé, filtres à café sont bons pour le compost;
- Par contre, ne pas mettre feuilles encrées, feuilles de noyer, rhubarbe et mauvaises herbes, croûtes de fromage, viandes;
- Il faut 6 mois à un an pour que le compost se constitue, il faut de l'humidité mais pas trop;
- Le fond est utilisable lorsqu'il ressemble à de l'humus.

Compostage urbain : il y a en France 2 usines de méthanisation (processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d'oxygène) contre 53 en Allemagne qui produisent 400 kg de compost à partir d'une tonne de déchets.

Autre circuit de recyclage des épluchures : les adhérents de l'AMAP  "Le panier Vanvéen"  et ceux de l'AMAP du 13éme à Paris ramènent chaque semaine leurs épluchures à leurs producteurs pour son compost lorsqu'ils viennent chercher leurs légumes (astuce : ne pas conserver les épluchures dans un sac plastique mais dans du carton, genre boîte à gâteaux données par les boulangers car le plastique engendre une macération et de la pourriture).

Lombricompost :
Les vers vivent à une vingtaine de centimètres dans le sol qu'ils aèrent en créant des galeries. Il existe deux sortes de vers :
- les vers digesteurs (ou vers de fumier) qui ont besoin d'obscurité pour vivre : ce sont eux  qui sont utilisés pour le lombricompost
- les vers laboureurs qui vivent dans la terre et ne supportent pas ou mal la vie dans le compost (donc inutile de dévaliser le sol de Laurent en désherbant ou en cueillant ou alors pour aller à la pêche ! ). Laurent est le maraîcher du panier Vanvéen.

Fabrication d'un lombricomposteur :
- avec 2 jardinières mises l'une dans l'autre. Dans la jardinière supérieure, des trous sont percés pour permettre l'écoulement dans la jardinière inférieure.
- Dans le fond, mettre du papier journal ou des boîtes à oeufs découpées en petits morceaux (mais pas de litière pour animaux).
- Placer ensuite les épluchures et autres matières (cf. compost) : pas d'ail, oignon, poireau qui sont vermifuges, ni d'agrumes.
- Couvrir les bacs avec un plastique troué.
- Il faut 7 à 8 vers au départ pour une jardinière : ils se reproduisent ensuite facilement.
- Le résultat est un jus que l'on récupère dans la jardinière inférieure. Cet engrais est très concentré et doit être dilué dans 10 volumes d'eau avant utilisation.
- Pour éloigner du lombricomposteur les vers des mouches blanches (nuisibles), mettre à côté du pain humide : les mouches vont dedans, il ne reste plus qu'à jeter le pain.

Liens Internet fournis par Michel Scrive, animateur de l'atelier :
Le compost :
http://fr.ekopedia.org/Compost
Quelques foires aux questions sur le lombricompost :
http://users.swing.be/compost/Main_Lombric.htm
http://www.agrilombric.com/html/faq.htm
http://www.tripandtrip.com/initiation.htm
Une page internet, où vous aurez en descendant, un très bel article de Libération :
http://www.tripandtrip.com/dis_ver.htm
Encore un article passionnant pour augmenter vos connaissances sur les lombrics :
http://www.cal-lorraine.com/culture/prof_calbert/lombric.html

Partager cet article

Repost 0
Published by La ruche de Vanves - dans Ecologie pratique
commenter cet article

Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens