Sous-préfecture d'Antony : indignez-vous! - Le blog de La ruche (alternatives écologiques et solidaires à Vanves)
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 17:28

Les immigrés qui ont des démarches à faire à la sous-préfecture d'Antony savent depuis longtemps qu'il faut se lever très tôt pour faire la queue et attendre l'heure d'ouverture des bureaux à laquelle on vous donnera le numéro d'ordre qui vous permettra (sans certitude) de passer au guichet. Mais la situation a empiré. RESF (Réseau  éducation sans frontières) transmet ce témoignage. Révoltant!

Mardi 4 janvier 2011. Il est trois heures du matin et il fait -1°C dehors. Monsieur et madame X se placent dans la file d'attente à l'extérieur de la sous-préfecture d'Antony. Ils viennent pour une demande de titre de séjour « vie privée et familiale ». Ils connaissent de bouche à oreille la règle établie par la sous-préfecture depuis un an et non écrite : la sous-préfecture ne reçoit pour obtenir un rendez-vous que le mardi matin et ne distribue que 15 tickets pour 15 personnes. Ils ont préparé soigneusement leur dossier depuis deux mois avec l'aide des militantes et militants de l'association RESF.

A trois heures du matin, ils sont en troisième position dans la queue, ils pensent donc avoir toutes leur chance d'obtenir ce fameux ticket qui leur permettra d'avoir un nouveau rendez-vous pour l'examen approfondi de leur situation deux mois plus tard. A 8 h 30, il y a environ 150 personnes dans la queue. Mais, quand le portail s'ouvre et qu'ils se présentent en troisième position, on leur annonce qu'il n'y a plus de ticket. Même chose pour celui qui est en première position dans la queue. Aujourd'hui, il n'y a plus de ticket, un point c'est tout.

Interrogée, la responsable du service, refuse de donner des explications et s'emporte : « Vous n'avez qu'à revenir mardi prochain ! ». Mais Madame, comment être sûr que cela ne sera pas la même chose mardi prochain, il doit y avoir une erreur, c'est injuste. « Oh pas de moralisme ! et si nous avons fait une erreur, hé bien que Dieu nous pardonne ! ». « Mais c'est inhumain » dit une femme furieuse.

En effet, voilà l'exemple de la pire des vexations faite à des dizaines de personnes qui viennent de passer debout six heures dans le froid après avoir confié leurs enfants à des amis : à la sous-préfecture d'Antony, il n'y a pas de règle, les étrangers ne sont rien, n'ont aucun droit, même pas celui de comprendre pourquoi on se moque d'eux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ramirez 18/10/2011 15:36


C'est vraiment inhumaine... je suis colombienne et j'ai eu (et j'ai) le même traitement... la pire des humilliations...


Les actualités de la Ruche

Recherche

Liens